Skip Navigation

Annual Meeting of the Canadian Association of African Studies

Second Call for Papers Communities and Transformations in Africa and African Studies May 4-7 2009 Queens University, Kingston, Ontario, Canada

Striving for community is at the heart of ubuntu, the African philosophy that
stresses mutual obligations and responsibility. From far-flung kinship
networks, artisan guilds and women’s informal associations to regional or
pan-African political movements, Africans across the ages have looked to
communities to give meaning to their lives and to resolve conflict or find
protection. Community is also close to the heart of Africanist scholars and
activists outside of Africa, who seek to support each other and to express
solidarity with African colleagues. Yet dysfunctional communities such as
gangs, cliques, and tribalist groups have been a bane to efforts to develop and
democratize. New media are rapidly changing the ways that communities cohere and
the ways that scholars and activists relate and research them.

The Canadian Association of African Studies invites proposals for papers that
consider transformations in the many different types of communities and
community- building initiatives in Africa and among Africanists. As well, we
invite papers on other changes that reflect both great potential and risk to
Africa. Nature and beauty, for example, abound on the continent yet have also
resulted in harmful stereotyping and exploitation through sex tourism and the
expropriation of indigenous communities in conservation efforts. Talent abounds
as well: in the arts, in scholarship and in economic and political leadership.
How can African beauty and talent be understood, appreciated, and harnessed
without reproducing destructive relationships, and towards imagining stronger,
healthier communities?

The conference is planned to co-ordinate (and to build community) with two other
conferences of potential interest. One of the sub-themes of the Cuba conference
is Cuba-in-Africa and Africa-in-Cuba, beginning with shared panels, roundtables
and cultural events on May 7th.  CAAS members are invited to attend this
conference at no extra fee.

The Measure of a Revolution: Cuba, 1959-2009: Understanding the Past,
Considering the Future
Queen’s University, May 7-9, 2009   
www.queensu.ca/sociology/

Confirmed Speakers (see below)








Annual Meeting of the Canadian Association of African Studies

ABSTRACT DUE DATE: Feb. 2, 2009

Guidelines for Submission: www.arts.ualberta.ca/~caas/

REGISTRATION:

        Regular: $200
        Graduate Student: $100
        Undergraduate Student: Free (receptions and lunches at cost)
        Community: $20 per day
        Gala Film evening only: $10

Registration fee includes:
 

membership in CAAS

welcoming reception

three lunches, coffee and snacks

book fair

admission to Cuba conference events

free admission to the Agnes Etherington Centre (art gallery, including a special
exhibit of African art)

filmfest

DEADLINE FOR PAYMENT: March 1, 2009. Applicants who have had their abstracts
accepted but have not paid by this date will be removed from the program.

Contact: caas@ualberta.ca

KINGSTON
Kingston is a beautiful, historic city on the shore of Lake Ontario, 2-3 hours
by road and rail from Toronto, Ottawa, Montreal, and Syracuse. Flights connect
daily to Toronto but should be booked well in advance to ensure seat
availability. Radical discounts are available when connecting from Air Canada
or one its partners (such as United, South African Airlines or Lufthansa.
Sorry, no discount for radicals).

tourism.kingstoncanada.com/index.asp
Queen's Accommodations - SINGLE PREMIUM BEDROOM - $68.00
One bedroom within a 2 bedroom suite. Climate controlled room with ONE DOUBLE
BED. A shared bathroom with the adjoining room. Linens, soap, desk and chair,
closet, direct Internet connection and telephone for local calls. Please bring
an Ethernet cord. BREAKFAST INCLUDED.
eventservices.queensu.ca/4/conferencesandgroups.asp

Lodging at the Holiday Inn-Kingston Waterfront: Say “CAAS” for a special
conference rate:

www.hikingstonwaterfront.com/kingston-ontario- hotels/

Other Accomodation Suggestions: www.stayinkingston.ca/

Confirmed Speakers

Toyin Falola is the Frances Higginbotham Nalle Centennial Professor in History
at the University of Texas at Austin. A Fellow of the Nigerian Academy of
Letters, he is the author of numerous books, including Key Events in African
History: A Reference Guide , Nationalism and African Intellectuals , and many
edited books including Tradition and Change in Africa  and African Writers and
Readers . He is Series Editor of Rochester Studies in African History and the
Diaspora, and the Series Editor of the Culture and Customs of Africa by
Greenwood Press, and has received various awards and honors, including the Jean
Holloway Award for Teaching Excellence, the Texas Exes Teaching Award, and the
Ibn Khaldun Distinguished Award for Research Excellence. For his singular and
distinguished contribution to the study of Africa, his students and colleagues
have presented him with three Festschrifts - two edited by Adebayo Oyebade, The
Transformation of Nigeria: Essays in Honor of Toyin Falola , and The Foundations
of Nigeria: Essays in Honor of Toyin Falola , and one edited by Akin Ogundiran,
Pre-Colonial Nigeria: Essays in Honor of Toyin Falola . He has recently
published an acclaimed memoir, A Mouth Sweeter than Salt: An African Memoir .



Catherine Coquery-Vidrovitch is professor of contemporary history and was for
twenty years head of the Graduate Studies Program on the Third World and Africa
at the University of Paris-7 Denis Diderot. A renowned historian of sub-Saharan
Africa, she has taught at most of the French-speaking African universities and
has held visiting positions at Princeton and Binghamton universities. Among her
many publications, Africa: Endurance and Changes South of the Sahara was awarded
the Aumale prize of the Academie des Sciences Morales et Politiques. Other
publications include Histoire des villes d'Afrique noire des origines à la
colonisation (A. Michel 1993); Les Africaines. Histoire des femmes d'Afrique du
XIXème. au XXème. siècle (Desjonquères 1994); L'Afrique et les Africains au XIXè
siècle (Colin 1999, traduit en anglais 2009); Le Congo au temps des grandes
compagnies concessionnaires 1899-1930 (Éd. EHESS, 2è éd. 2002); Des victimes
oublié du nazisme, les noirs en Allemagne (Cherche-Midi, 2007); and, in press,
Enjeux politiques de l'histoire coloniale (Agone, 2009). In 1999 she received
the African Studies Association Distinguished Africanist Award. She was a
member of the international directorship of the Congrès international des
Sciences historiques, 2000-2005.


Nanct Morejon is the best known and most widely translated woman poet of
post-revolutionary Cuba. Born in 1944 in Havana to a militant dock worker and a
trade-unionist seamstress, Morejon was the first Afro-Cuban to graduate from
Havana University, where she majored in French, and the first black woman poet
to publish widely and be accepted as a professional writer, critic and
translator. Morejon was recipient of the Critic's Prize (1986) and Cuba's
National Prize for Literature (2001). She has collaborated with prominent
musicians, playwrights and actors and recently extended her artistic talents
into the visual arts. Currently, she directs the Caribbean Studies Center at
Casa de las Americas, Havana, epicenter of Cuban and Latin American
intelligentsia.  Morejon’s work addresses contemporary issues of ethnicity,
gender, history, politics and Afro-Cuban identity. Her poems stand as vibrant
reflections on the intermingling of Spanish and African cultures in Cuba, on
what it means to be a child of both traditions, and how the bright threads of
this heritage are part of the greater web of the African experience in the
Americas.
 


Conférence Annuelle de l’Association Canadienne des Études Africaines (ACÉA)

Deuxième appel de communications

Communautés et Transformations
en Afrique et dans les Études Africaines

Université Queen’s, Kingston, Ontario, Canada
4-7 mai 2009

Le Concept de communauté est au cœur d’Ubuntu, philosophie africaine qui accorde une grande importance à l’obligation et à la responsabilité mutuelle. A travers les réseaux traditionnels de parenté, des associations d’artisans et des collectifs (associations informelles) de femmes jusqu’aux mouvements politiques régionaux ou panafricanistes, les Africains se sont tournés vers la communauté pour donner du sens à leur existence, pour résoudre leurs conflits et demander la protection.

L’esprit de communauté demeure une constante de la réflexion des spécialistes et des militants africanistes qui, en dehors du continent africain, cherchent à créer des réseaux et à exprimer leur solidarité à leurs collègues africains.
Cependant, l’absence d’une véritable structure organique entraine un dysfonctionnement des communautés qui donne une réalité semblable aux gangs et aux regroupements tribaux, dont la persistance annihile tous les efforts orientés vers le développement et la démocratie. De nouvelles tendances sont en train de transformer radicalement le mode opératoire dont les communautés usent pour entretenir des relations. Cela touche également les spécialistes et les militants qui font des recherches sur ce phénomène.

L’Association Canadienne des Études Africaines sollicite des propositions de communication qui traitent des transformations au sein des diverses communautés Africaines et sur les initiatives entreprises en Afrique, et par des Africanistes engagés dans la création de communautés. De plus, nous sollicitons toutes communications portant sur les grandes potentialités et les risques préjudiciables au continent africain. Le continent africain est réputé, par exemple, pour l’abondance de ses ressources naturelles et pour sa beauté, qualités qui ont, paradoxalement, engendré des stéréotypes néfastes. Des effets induits tels que le tourisme sexuel, l’expropriation des terres des communautés locales pour la création des réserves naturelles sont observés. L’Afrique regorge de talents dans tous les domaines : les arts, l’éducation, l’économie et la politique. Dès lors, comment comprendre l’Afrique, prendre conscience de son immense beauté et ses ressources et promouvoir son développement sans mettre en danger sa culture, son mode de vie et ce qui fait la vitalité de ses communautés?

La conférence est planifiée (en vue de regrouper une communauté de chercheurs) en coordination avec deux autres conférences d’un indéniable intérêt. Un des sous-thèmes de la conférence portant sur Cuba s’intitule “ Cuba en Afrique et l’Afrique à Cuba”, qui débutera avec des tables rondes et des activités culturelles le 7 mai 2009. Les membres de l’Association Canadienne des Études Africaines sont les bienvenus à cette conférence  sans frais de participation supplémentaires.


Bilan d’une révolution: Cuba, 1959-2009: Comprendre le passé, envisager l’avenir. Université Queen’s, mai 7-9 2009.
www.queensu.ca/sociology/




Conférence Annuelle de l’Association Canadienne des Études Africaines

Date limite pour la réception des propositions: 2 février 2009 Directives concernant la soumission: www.arts.ualberta.ca/~caas/

Inscription:

Membre régulier : $200
Étudiant(e) gradué(e): $100
Étudiant(e) sous-gradué(e): Gratuit (Mais payant pour la réception et le repas) Communauté : $20 par jour Gala film seulement : $10

Les frais d’inscription incluent:
 

Appartenance à l’ACÉA

Réception d’accueil

Trois petits-déjeuners et goûter

Salon du livre

Admission à la conférence et aux autres activités sur Cuba

Entrée gratuite au Centre Agnès Etherington (musée d’art, inclut une exposition spéciale sur l’art africain)

Festival du film

Date limite pour le paiement des frais: 1er mars 2009. Les participants dont les propositions de communication ont été acceptées mais qui n’auront pas payé à cette date seront exclus.

Contact: caas@ualberta.ca


KINGSTON
Kingston est une belle ville historique au bord du lac Ontario située à 2 ou 3 heures en voiture et par le train de Toronto, d’Ottawa, de Montréal et de Syracuse. Il y a des correspondances de vol tous les jours avec Toronto mais il vaudrait mieux de faire la réservation bien à l’avance pour s’assurer qu’il y aura de la place. Des spéciaux tarifaires sont disponibles sur les correspondances d’Air Canada avec un de ses partenaires (United, South African Airlines ou Lufthansa.)

tourism.kingstoncanada.com/index.asp
Logement à Queen’s -  Chambre individuelle - $ 68  ( Queen's Accommodations ) Une chambre à coucher dans un appartement (une suite.)  Chambre climatisée avec un lit à deux places. Une salle de bain commune à partager avec une chambre voisine. Avec toutes les commodités (Linge, savon, bureau et chaise, placard, branchement direct d’internet et téléphone pour des appels locaux. Veuillez apporter un câble pour le branchement de votre laptop) Le petit-déjeuner est servi.

Inclut: eventservices.queensu.ca/4/conferencesandgroups.asp

Logement à Holiday Inn. Disez « CAAS » pour taux reduit :
www.hikingstonwaterfront.com/kingston-ontario-hotels/

Autres possibilités de logement: www.stayinkingston.ca/







Conférenciers confirmés
 
Toyin Falola est le récipient du prix du Professeur du centenaire de Frances Higginbotham Nalle en histoire à l'Université du Texas à Austin. Il est membre associé de l'Académie nigérienne de lettres, et il est l'auteur de nombreux livres, incluant «Évènements clés dans l'histoire africaine : un guide de référence », « Le nationalisme et les intellectuels africains » et beaucoup de livres révisés, incluant « La tradition et le changement en Afrique » et « Les auteurs et lecteurs africains ». Il est aussi le rédacteur des séries D'études Rochester en Afrique et Cultures et traditions d’Afrique, des éditions Greenwood. Il a reçu plusieurs prix et honneurs, incluant le Prix Jean Holloway pour l’excellence en enseignement, le Prix Texas Exes pour l’excellence en enseignement, et le Prix distingué Ibn Khaldun  pour l'excellence en recherche.
Pour sa contribution singulière et distinguée à l'étude de l'Afrique, ses étudiants et collègues lui ont présenté trois Festschrifts - deux révisés par Adebayo Oyebade, « La transformation du Nigéria : des essais en l'honneur de Toyin Falola » et « Les fondations du Nigéria : des essais en l'honneur de Toyin Falola ». Il a récemment publié un mémoire qui a très bien été reçu :
« Une bouche plus sucrée que le sel : un mémoire africain ».

Catherine Coquery-Vidrovitch est professeur émérite à l'Université Paris-7-Denis-Diderot, a publié entre autres Afrique noire. Permanences et ruptures (2ème. éd. rév., L'Harmattan 1992); Histoire des villes d'Afrique noire des origines à la colonisation (A. Michel 1993); Les Africaines. Histoire des femmes d'Afrique du XIXème. au XXème. siècle (Desjonquères 1994); L'Afrique et les Africains au XIXè siècle (Colin 1999, traduit en anglais 2009); Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1899-1930 (Éd. EHESS, 2è éd.
2002); Des victimes oublié du nazisme, les noirs en Allemagne (Cherche-Midi, 2007); et sous presse  Enjeux politiques de l'histoire coloniale (Agone, 2009).  Elle a reçu en 1999 l'African Studies Association Distinguished Africanist Award. Elle est membre du bureau international du CISH (Congrès international des Sciences historiques), 2000-2005.


Nancy Morejon est la femme poète la plus connue et la plus traduite de Cuba après la révolution. Née en 1944 à la Havane à un ouvrier de dock militant et à une couturière de commerçant syndicaliste, Morejon était la première cubaine africaine à terminer ses études à l'Université de la Havane, où elle s’est spécialisée en Français, et la première poète et femme noire à publier largement ses écrits et à être acceptée comme écrivaine professionnelle, critique et traductrice. Morejon a reçu le Prix du critique (1986) et le Prix national du Cuba en littérature (2001). Elle a collaboré avec de grands musiciens, des dramaturges et des acteurs et a récemment étendu ses talents artistiques aux arts visuels. Elle dirige présentement le Centre d'études antillais à Casa de las Americas, la Havane, qui est l'épicentre de l’intellectualisme cubain et latino-américain. Le travail de Morejon adresse des questions contemporaines d'ethnicité, de genre, d'histoire, de politique et d'identité cubaine-africaine. Ses poèmes sont de vives réflexions sur le mélange des cultures espagnoles et africaines à Cuba, sur ce que ça veut dire d’être un enfant grandissant dans les deux traditions, et comment les fils brillants de cet héritage font partie de l’expérience des Africains aux Amériques.
 

For more info please contact:
CAAS
caas@ualberta.ca

African Studies Center